Nouvelles

Dr Saima Hassan, nouvelle chercheure rapatriée

Photo - Dr Saima Hassan, nouvelle chercheure rapatriée

Un neuvième chercheur rapatrié !

L’Institut du cancer de Montréal poursuit, grâce au programme Rapatriement des cerveaux, des recrutements-clé de cliniciens québécois qui étaient partis pratiquer la médecine hors du pays. En 2016, nous avons accueillie le Dre Saima Hassan dans nos rangs.   

Dr Saima Hassan est chirurgienne oncologue, chercheure et professeure adjointe à l’Université de Montréal. 

Née à Montréal, la Dre Saima Hassan est diplômée de la Faculté de médecine et de chirurgie générale de l’Université McGill.  Elle y a complétée un doctorat en recherche translationnelle portant sur les marqueurs diagnostiques et pronostiques dans le contexte des métastases du cancer du sein.  Elle a effectuée un fellowship en chirurgie générale oncologique, avec une concentration sur le cancer du sein et le mélanome.  Elle a effectué trois ans de recherche postdoctorale en étudiant le rôle pré-clinique des inhibiteurs de « PARP »  des cancers du sein triple-négatifs au Oregon Health and Science University, à Portland en Oregon. La Dre Hassan a également effectuée des activités cliniques en cancer de sein sous la supervision du Dr André Robidoux. La Dre Hassan s’intéresse principalement au cancer du sein.

Le rapatriement des cerveaux

En 2007 est né le programme Rapatriement de cerveaux, visant à contrer l'exode des cerveaux alors perçu comme une menace à l'épanouissement de la communauté scientifique montréalaise. Ce programme, instauré par l'Institut du cancer de Montréal, a permis de rapatrier neuf chercheurs de haut niveau qui poursuivaient leur carrière à l'extérieur du pays. Ceux-ci sont non seulement venus s'installer au sein du CRCHUM à l'Institut du cancer de Montréal, mais ont su maximiser les subventions reçues dans le cadre de ce programme et se sont démarqués lors de concours de subventions à l'échelle provinciale et nationale. La Dre Saima Hassan s'est jointe à l'équipe en 2016 (voir ci-dessous).

Le conseil d'administration de l'Institut du cancer de Montréal se réjouit devant le succès des chercheurs rapatriés, puisque cela démontre de façon concrète que leur choix de candidats fût judicieux et qu'ils méritent la confiance que l'Institut leur a accordée en leur fournissant des fonds de démarrage de 250 000 $ pour les soutenir durant les cinq premières années de leur retour à Montréal.